Apprendre la propreté à son enfant façon Montessori
5 (100%) 1 vote

La propreté est un sujet très important au sein de la parentalité et de la société. Même si, en général, les écoles Montessori acceptent les enfants pas encore propres à l’école, ce n’est pas le cas de la majorité des écoles sous contrat, et cela inquiète les parents, au point de leur mettre la pression et de la transférer à leur enfant. Il existe cependant des astuces afin d’apprendre la propreté à votre enfant, pour qu’il puisse le vivre de façon sereine et surtout à son rythme, et c’est ce que nous allons voir à travers cet article. Zoom sur l’apprentissage de la propreté :

La période sensible de la propreté

C’est à nous, adulte, à savoir repérer les premiers signes de la période sensible de la propreté, qui arrive généralement entre les 12 et les 18 mois de l’enfant. A ce moment-là, l’enfant peut suivre les adultes aux toilettes, peut vouloir enlever sa couche tout seul, baisse son pantalon ou ses collants… C’est lors de cette période que l’enfant aura besoin de vous pour vivre l’apprentissage de la propreté le plus sereinement possible, à son rythme.

Ne pas avoir de tabous

Il est important pour l’enfant que vous n’ayez pas de tabous sur le sujet de la propreté et que vous lui expliquiez de façon claire et précise ce qu’il est en train de vivre et ce qui l’attend une fois cette période passée. Il arrivera forcément que l’enfant ait des petits accidents, et il est primordial, lors de ces moments, de le rassurer et lui dire que cela arrive naturellement pendant cette transition. N’hésitez jamais à l’encourager ! Cela peut paraître bizarre pour les adultes, mais se sentir soutenu et compris est une chose essentielle pour l’enfant.

L’importance de l’environnement préparé

Comme dans la pédagogie Montessori, l’environnement préparé est plus que primordial pour accompagner l’enfant dans l’apprentissage de la propreté. Vous pouvez installer un espace change, avec quelques couches propres et par la suite, quelques vêtements propres, souples et faciles à enfiler et retirer afin que l’enfant puisse le faire en autonomie le plus tôt possible. Laissez également toujours du papier toilette accessible à votre enfant. Vous pouvez installer un petit pot, puis/ou un réducteur sur vos toilettes, selon la convenance de l’enfant, car il est important qu’il se sente à l’aise. Pour cela, n’hésitez pas à lui proposer plusieurs solutions et vous repérerez rapidement ce qu’il préférera.

Les vêtements : premier pas vers l’autonomie

Comme vu ci-dessus, il est important que l’enfant puisse avoir accès à l’autonomie dès son plus jeune âge, et les vêtements jouent un rôle clé dans cet apprentissage. Privilégiez la souplesse des vêtements, afin que l’enfant se sente à l’aise. Mieux vaut éviter les vêtements avec beaucoup de boutons (surtout les petits), car l’enfant se découragera vite face à cette difficulté. Plus tard, quand il aura appris à les boutonner, alors vous pourrez lui proposer ces vêtements avec ces fermetures.

Changer la couche de l’enfant : premier pas vers l’autonomie

Il est important de changer la couche de l’enfant dès que celle-ci est souillée, chaque fois que vous le pouvez, car de cette façon, il se rendra compter des différentes sensations : mouillé > sec. Il existe plusieurs types de couches : couches à scratch, couches culottes, couches lavables… Afin que l’enfant ait rapidement accès à l’autonomie, n’hésitez pas à le faire participer au change, en lui demandant d’enlever sa couche tout seul, d’aller la jeter ou la mettre dans une panière pour la laver, puis d’en remettre une propre après l’avoir nettoyé.

Les repères sont essentiels pour l’enfant

Dès son plus jeune âge et pendant plusieurs longues années, l’enfant a besoin de repères. Lors de la période de l’apprentissage de la propreté, il est important de créer une routine pour l’enfant, en essayant de lui proposer souvent au même moment, tous les jours, d’aller sur le pot : avant que l’enfant n’aille manger, dormir ou dehors, par exemple, au moment où il est susceptible d’avoir un petit accident. Plus le temps passera, plus vous saurez reconnaître le moment parfait pour demander à l’enfant s’il souhaite aller sur les toilettes. L’enfant saura lui aussi apprendre à reconnaître le lien qui existe entre la sensation qu’il ressent (l’envie pressante) et le résultat dans les toilettes.

La posture de l’adulte face à l’enfant en pleine transition

Si l’environnement préparé est important lors de l’apprentissage de la propreté, le comportement l’est encore plus. L’observation est une chose essentielle, au départ, et votre présence et vos encouragements sont nécessaires afin que l’enfant puisse arriver à passer cette étape en douceur et à son rythme. Si l’enfant a de petits accidents, minimisez au maximum la chose, pour ne pas qu’il se culpabilise, car cela fait partie intégrante de cette transition. Lui faire remarquer de façon moqueuse et négative pourrait vraiment lui mettre la pression, le bloquer et il vivra mal cette période. L’observation, la patience, a douceur dans les paroles, les encouragements ainsi qu’un environnement préparé sont la clé pour un apprentissage serein de la propreté.